Bonjour les amis,

Eh bien voilà c’est fait, c’était mon objectif majeur de l’année, finir cette course hors normes.

Quelle course ? L’ULTRA MILAN SAN REMO.

photo1

 La course officielle la plus longue d’Europe, 285 km non-stop à boucler en moins de 48H, inspirée de la fameuse grande classique course cycliste italienne dont nous emprunterons le tracé.

photo 2

 Pour accomplir ma tâche, dès le début d’année je me suis mis au boulot, une première pour moi je crois. Quasi 90 km de moyenne par semaine de marche et de course à pied durant 17 semaines soit +1500 km, dont 6 marathons aux chronos encourageants sous les 4 heures et bien mieux jusqu’à 3h35, ce que je n’avais pas fait depuis fort longtemps.

photo 3

 Franchement je pars gonflé à bloc à Milan accompagné de ma super chérie accompagnatrice, douter c’est commencer à échouer, et je n’ai aucun doute. Le voyage se passe bien et nous arrivons pile à l’heure pour le briefing en anglais.

photo4

photo5

photo6

photo7

photo8

Il n’y a pas à dire, les organisateurs sont les champions de la com et du merchandising, elle a tout d’une grande cette course ! Accueil chaleureux et remise du dossard fort sympathique.

photo18 What else?

S’en suit un diner au restaurant de l’hôtel avec notre compatriote français Luc Valzer et son accompagnateur puis une bonne nuit de repos dans notre voiture aménagée pour l’occasion, ce sera loin d’être la première fois entre Transe Gaule et Loire Intégrale.

Le lendemain matin une navette nous mènera au départ. Là aussi tout est prévu et en grand pour les 47 coureurs qui prendront le départ. Départ prévu à 10h, nous avons le temps de prendre un bon petit déj dans un café .

photo9

photo10

photo11

photo12

photo13 lave mains du café, sympa non ?

 

L’occasion aussi de retrouver l’Ami Stefano de la Loire Intégrale avec qui je m’étais battu pour la 3ème place.

départ mon secret !

photo14

photo15

photo16

photo17

Il fera la course en relais et son équipe gagnera haut la main. Allez passons aux choses sérieuses 56 km et 7h pour atteindre le premier CP J’ai opté pour un départ plutôt rapide, créditer du temps sur les 2 premiers CP pour pouvoir me reposer ensuite.

etape1

plan (1)

Donc 6h pour la première étape, car c’est bien ainsi que je gèrerai cette course, step by step. Première partie très agréable le long d’un canal sur piste cyclable . Très agréable De bonnes sensations, chaque coureur prend sa place et Joao Oliveira le champion portugais abonné à la première place de l’épreuve s’envole à un peu moins de 12km/h. 5h49, tout va bien, je profite des 10 minutes d’avance pour me poser un peu.

photo19

photo20

photo21

photo22

photo23

 

photo24

photo25

photo26

photo27

photo28

IMG_20170506_153134_029

 

Allez on repart, 10h30 pour boucler les 68km de la 2ème étape,

plan (2)

etape2

il faut rentrer avant 3:30. Tronçon moins fun, de longues lignes droites, de la circulation, des échangeurs, des tunnels, pas facile et usant, fallait baisser la tête et avancer, avaler les kilomètres et ne pas chercher autre chose. Les 120Km sont passés, je serai pointé à 2h19, 10h19 de course.

Pas de photos rien à voir.

Mon Lapinou réalise mes désirs , me trouve une pizza à dévorer. Et oui on a des envies qui nous passent par la tête en courant, et quel bonheur quand ça se réalise. Un régal.

received_1359835274065425

received_1359835320732087

received_1359836174065335 trop bonne

Allez dodo, 1 bonne heure de sommeil pour mieux repartir et terminer l’ascension du col principal et sa descente de 10 km.

etape3

plan (3)

 

44 km pour atteindre ce CP 3. Ascension en mode marche, un peu de vent froid là-haut mais ça va, côte bien plus méchante sur le profil qu’en réalité. Steph nous trouve du café, elle se débrouille comme une chef, mais je le savais déjà que j’avais la meilleure suiveuse du monde. Sur course longue comme ça , il faut limiter les dégats la nuit et attendre le levé du jour qui est magique et remet la machine en marche.

IMG_20170429_223025

IMG_20170430_050338

 

Au petit matin je m’étais arrêté quelques secondes pour vider mes sabots et en m’appuyant sur le rocher ma frontale a éclairé cette petite Vierge Marie posée là. Elle veillait sur nous.

IMG_20170430_060622_4CS

IMG_20170430_061056

IMG_20170430_062357

Dans la descente je croise et recroise Aleksander le slovène, un gars très sympa. Il avance assez irrégulièrement et finit par filer. J’avance mais plus de marge de manœuvre avec mon heure de sommeil, il me reste 1h30 pour faire plus de 9 km.Je dois mettre le turbo, go go go mes jambes sont magiques, c’est plus que limite mais je sais que je ne peux échouer comme ça et que j’ai les jambes, plus que 3 km et j’accélère encore pour taper le check point 5 minutes avant la cloture, une grosse moitié de faite. 165 km, plus que 120 .Je ferai alors une nouvelle pause d’une heure. Nous avons atteint la côte, ça va être plus sympa à présent.  

etape4

plan (4)

 

Cette partie est fort agréable, un régal. Du monde, il faut slalomer dans la foule mais plusieurs personnes voient nos dossards et nous encouragent, il connaissent la course, c’est sympa.

IMG_20170430_104057

IMG_20170430_104101

IMG_20170430_104653

IMG_20170430_104701

IMG_20170430_105627

On se croierait sur la corniche à Marseille.

IMG_20170430_111359

IMG_20170430_122153

IMG_20170430_123419

IMG_20170430_123937

IMG_20170430_124004

 

IMG_20170430_130448

IMG_20170430_130456

IMG_20170430_131418

IMG_20170430_135336

IMG_20170430_152122

Petite parenthèse récréative, ce groupe d’artistes qui jonglent, s’amusent comme ce funambule suspendu au-dessus de la mer, BRAVO.

IMG_20170430_200910

IMG_20170430_200926

En m’arrêtant quasiment 2 heures dans l’après-midi, voyant que je n’avançais plus suffisamment, j’arriverai au bout du CP CP4 à 22h17 pour 22H30 maxi. Je flirte un peu avec les barrières mais sans crainte hormis celle de me perdre un peu trop. Heureusement que j’avais rentré la trace dans ma montre dont je suis très content d’ailleurs car elle aura duré 32h30 en paramètre optimisé ma suunto ambit3 run.

received_1359836144065338

Bon du coup la nuit va être longue. J’ai retrouvé l’ami Angelo en partant du CP4, lui n’a toujours pas dormi, nous allons nous soutenir toute la nuit, à 2 c’est mieux. Et elle ne sera pas de tout repos cette nuit, très vallonnée, des montées interminables. On en avait franchement plein les pattes mais on a rien lâché. Les hallucinations apparaissent, j’avais déjà connu ce phénomène lors de mon Ultr’Ardèche, rien de méchant on s’y fait. Seul je me serais payé une heure de sommeil supplémentaire mais Angelo ne veut pas faire de pause.

 

etape5

plan (6)

 

 

IMG_20170501_004709

IMG_20170501_015025

IMG_20170501_015033

IMG_20170501_015036

IMG_20170501_020342

Tant pis je prends sur moi. Je pars du principe que lorsqu’on avance à 5km/h on n’est plus productif et que mieux vaut faire une pause et repartir à 8km/h ensuite, c’est ce que j’ai fait jusque là. Je retrouve mon Lapinou tous les 5km, qui m’offre un plateau de salé sucré solide et de l’eau, coca, monster et powerade, c’est dur aussi pour elle. IL nous faudra la nuit pour faire un gros marathon mais nous avons survécu. Le jour se lève enfin et une nouvelle fois la magie opère, alors que nous dormions quasiment debout, vascillant, la lumière du crépuscule nous réveille, nos corps se rallument. Il reste une vingtaine de kilomètres , nous jardinons un peu pour trouver la fameuse piste cyclable qui nous mènera au Nirvana. Il commence à pleuvoir. Le temps qu’il nous reste et la distance à parcourir m’inquiète un peu. Je questionne Angelo dont la montre fait des extrapolations sur l’heure d’arrivée et là il me dit qu’il est prévu que nous arrivions à 10h10 !!!! Ah mais ce n’est pas possible ça, il faut rentrer avant 10h00. Voyant Angelo un peu désabusé, je lui dis GOGOGO et je me met à accélérer, c’est la claque que j’attendais, il pleut très fort, la piste est inondée, de l’eau jusqu’aux chevilles parfois, et ce profil toujours montant. Mais rien ne m’arrêtera si près du but, je continue d’accélérer et remonte des concurrents qui marchent, je les salue et passe mon chemin, en doublant ainsi 4 dont la coureuse italienne et l’ami slovène. Je croise aussi des finishers qui viennent chercher les derniers, surpris par ma vive allure, et enfin je vois au loin les drapeaux de l’UMS17,

fin (1)

Trop bon, je vole, super heureux, je cherche ma chérie, les encouragements pleuvent, je tape la main des organisateurs qui m’accueillent et me disent d’aller toucher l’eau pour stopper le chrono, trempé pour trempé j’y vais à 2 crocs, et prend dans mes bras ma chérie, l’émotion monte monte, trop bon nous l’avons fait, je suis finisher, je suis le premier français finisher !!

fin (2)

fin (3)

fin

Merci à ma chérie qui a été au TOP une fois encore, et merci à vous tous qui nous avez suivi et encouragé, vous avez été géniaux vraiment. Merci.

classement Milan

 

14/47 partants, 18 rentrants, ça fait pass lourd au final. J'ai dormi quasi 4h alors que beaucoup ont fait non stop durant 48h

IMG_20170412_215207_978

 

petit galon à accrocher à mon chapeau , joli non ?

IMG_20170502_102158

IMG_20170502_181250